Tracts








Start People – Négociation sur les salaires

Start People – Négociation sur les salaires

SALAIRES 2021 : la Direction sur Mars, les Salariés sur Terre

Vous êtes tous partis sur la planète Mars le 28 janvier avec Star Wars. L’atterissage, c’est maintenant !

Rien pour 2020, des miettes pour 2021.

Voilà comment la Direction de Start People récompense vos efforts. Les effets de la pandémie, vous les avez pourtant subis de plein fouet !

Mais rassurez-vous ! Start People se porte à merveille. Alors que d’autres entreprises ont mis la clé sous la porte, la nôtre gagne en performances.

  • 2019, année exceptionnelle, surtout en bénéfices ! 24 639 434 €
  • 2020, vous avez tous bien écouté, Start People est très loin des baisses du chiffre d’affaires de nos concurrents malgré la pandémie. Tout cela grâce à vous !

En 2020, la Direction s’était engagée, sous réserve de conditions favorables, à reporter sur 2021 les augmentations envisagées en 2020 : « si la reprise économique nous le permettait, on s’engage à reprendre l’ensemble des mesures envisagées en 2020 sur la NAO 2021 » (DRH, CSE extraordinaire de mai 2020).

Or lors des Négociations Annuelles Obligatoires de 2021, le sabre de Dark Vador a pulvérisé le budget NAO de 2020 ! Pour 2021, Start People nous offre généreusement 466 000 €, c’est-à-dire le montant initialement prévu en 2020. Nos négociations ont amené la direction à augmenter le budget alloué aux augmentations de 116 000 € soit un total de 582 000 €.

MAUVAISE SURPRISE !!!!

La Direction nous propose l’accord NAO sans cette augmentation pourtant actée en levée de séance…

Vos élus FO ont refusé de signer cet accord sans ambition et clientéliste, seule la CGT a signé. Nos convictions et votre confiance ne sont pas à vendre !

Ce sont des miettes !!! VOUS MERITEZ MIEUX !!!

Durant cette vidéo, la Direction a encensé le travail et la mobilisation des équipes en agence et des services support. Grâce à vous, M. GUIRAUD vous a expliqué que Start People était à -7% en 2020 malgré la pandémie alors que nos concurrents enregistraient des résultats de -25% à -30% !

Quel mépris face à votre investissement ! De nombreuses entreprises ont versé la « prime Covid » pour l’engagement de leurs salariés, Start People a fait l’économie des NAO 2020, pourquoi n’avoir pas fait ce geste pour VOUS, si vaillants !

Malgré tout, 2 réussites pour FO, pour vous, lors de ces négociations :

  • FO a obtenu que les augmentations de salaires, initialement planifiées au 1er avril, prennent effet rétroactivement au 1er janvier.
  • Les « dons de jours repos » : vous nous les avez demandés, nous les avons revendiqués, nous avons obtenu qu’ils figurent dans l’accord NAO !

Les valeurs humaines : notre ADN !

La souffrance au travail vous connaissez ! Depuis quelque temps, c’est toujours plus de sollicitations, plus d’exigences, plus de pression, plus d’intimidations, la crainte d’être catalogué « non performant ».

Chez Start People, l’atmosphère est devenue délétère.

Vous êtes de plus en plus nombreux à nous avoir témoigné le sentiment d’être désormais constamment jaugés, évalués, pistés au point de vous pousser à « l’erreur » de trop : celle qui conduira un jour Start People à se passer de vos services.

Le « management » en vigueur chez Start People n’a désormais plus rien à voir avec celui pratiqué dans une société à « taille humaine ». Au point que certains d’entre vous craignent même de s’exprimer ! Pire, vous êtes performants et vous quittez l’entreprise pour allez voir ailleurs.

Mais n’oubliez pas, vous êtes sur la planète “GREAT PLACE TO WORK » !

Avec FO, osez ! Osez nous parler, osez nous rencontrer, osez vous défendre ! Vos élus sont rompus à la défense de VOS intérêts.

Concernant la gestion des budgets du CSE, nous ne le répéterons jamais assez : LISEZ les PV de CSE sur GUS !

Vos délégués syndicaux

Maryse DANTIN : 06.14.39.15.10

Isabelle FLORENTY : 06.43.60.94.25

Joël CAUCHE : 06.24.40.08.78

Marie-Line MEYER : 06.30.51.03.01

Pauline FERNANDES : 06.89.40.38.08

Christian DETRE : 06.24.83.12.28 (Responsable Syndical)

Vos élus

Claude BASILIO : 06.23.78.14.22

Céline LETORT : 06.84.07.68.18

Pierre RICHARD : 06.73.18.69.70

Marilyne METENIER : 06.20.50.37.46

Marie TROUDET : 06.64.73.69.03

Voir le tract

InFOs Octobre 2020

InFOs Octobre 2020

PRIME COVID pour les soignants intérimaires : le combat continue !

Au printemps dernier, les services de l’Etat ont prévu une prime pour les soignants « en première ligne » contre le Covid. Les intérimaires en ont été expressément exclus. FO n’a depuis de cesse de combattre cette discrimination inacceptable !

La Fédération a fait porter par deux fois par sa Confédération un courrier au Ministre de la Santé afin d’abroger les règles discriminatoires à l’encontre des intérimaires et les privant de l’accès aux primes destinées aux personnels soignants.

FO continuera son combat jusqu’à obtenir satisfaction pour les intérimaires !

Le patronat et les OS majoritaires échouent à déréglementer le recours au travail temporaire

Le patronat de l’intérim (prism’emploi) a organisé une négociation en juillet pour « sauver » le secteur et faire une opération de séduction auprès du législateur et des entreprises utilisatrices en dérogeant aux grands principes qui protègent les salariés de notre branche sans aucune contrepartie favorable pour les salariés !

FO N’ÉTAIT PAS SIGNATAIRE, indiquant que cette négociation n’était pas de la compétence des interlocuteurs sociaux mais du législateur, et revendiquant un renforcement des moyens de se former sur de meilleures qualifications. Les services de l’Etat nous ont donné raison en refusant d’étendre cet accord qui souhaitait déréglementer le recours au travail temporaire.

FO CONTINUERA A DÉFENDRE LES SALARIES DE L’INTÉRIM POUR PRÉSERVER LEUR DROITS

Un secteur du travail temporaire convalescent

Comme beaucoup de secteurs d’activité, l’intérim a été durement touché par la crise sanitaire. Au moment du confinement, la chute d’activité a atteint brutalement 70%, touchant des salariés déjà précaires par définition. Depuis, l’activité se redresse peu à peu mais demeure très fragile.

Accord Santé

Mise en application du nouvel accord sur le régime santé :

  • Hausse de la prise en charge de la chambre d’hospitalisation.
  • Prise en charge jusqu’à (35 Euros et 3 fois par an) de la médecine douce.

FO EST SIGNATAIRE DE CET ACCORD.

Voir le tract

Contact :

Mathieu MARECHAL

Responsable de branche

06 59 11 60 27

mathieu.marechal.fo@gmail.com

 

Accord COVID dans l’intérim

Accord COVID dans l’intérim

Un accord COVID donnant un « reste à charge pour les salariés » et un « reste à prendre pour le patronat »

L’idéologie libérale qui dirige notre pays a fragilisé notre industrie et notre système de santé. La pandémie du Covid déclenche une crise économique et sociale. Le Gouvernement s’est engagé dans la préservation des intérêts des entreprises – c’est-à-dire du patronat – en appelant les travailleurs à la solidarité.

Pour le patronat : vendre au son du clairon, jeter au son du canon

Dès le début de la période de confinement, le patronat a annoncé l’hémorragie : près de 3 intérimaires (ETP) sur 4 se retrouvaient sans activité. Le patronat s’était délesté de ses forces vives et réclamait le bouclier financier du contribuable.

Ainsi, le patronat a obtenu du gouvernement des prérogatives exceptionnelles, notamment la maîtrise de 10 jours de RTT et d’heures placées sur les CET. Ne reste à négocier que les 6 jours de congé payé permis par les ordonnances. C’est chose faite en ce 1er avril, le patronat du travail temporaire proposant pour prendre les 6 jours de congé payé des permanents. Farce ou attrape ?

C’est la première fois qu’un accord est présenté sans contrepartie. Le patronat est allé au bout de sa logique de « distanciation sociale » !

Pour FO, un objectif : le maintien du pouvoir d’achat des travailleurs !

Pour FO, cette crise doit appeler à la solidarité de tous… à commencer par celle du patronat :

  • Dès lors que les conditions de sécurité sont réunies, les permanents disponibles doivent pouvoir poursuivre leur activité : soutenir les intérimaires, et répondre aux besoins particuliers des entreprises clientes en cette période. Fermer les agences constitue un non-sens au regard du rôle des permanents d’agence sur le marché du travail. Pour les permanents qui – de manière exceptionnelle – devraient être placés en activité partielle, FO demande le versement par l’employeur d’une indemnité complémentaire afin que le permanent conserve le montant de sa rémunération nette.
  • Pour les intérimaires dont la mission a été interrompue par l’urgence sanitaire et qui doivent être placés en activité partielle (CTT et CDII), FO demande le versement par l’ETT d’une indemnité à hauteur de la rémunération convenue. Les intérimaires en intermission (à la fin du terme prévu pour leur mission) doivent bénéficier auprès de leur employeur de la garantie légale (GMMR), sans bénéficier de l’aide du contribuable.

Suivez une Organisation qui défend vos intérêts et vos droits !

Voir le tract

Contacts

Mathieu MARÉCHAL • Responsable de branche FO Intérim • 06 59 11 60 27

Béatrice CLUZEL • Responsable de branche FO Intérim • 06 85 37 03 44

CDI Intérimaire : perte de salaire, manque de liberté, aucune reconnaissance…

CDI Intérimaire : perte de salaire, manque de liberté, aucune reconnaissance…

Perte de salaire, manque de liberté, aucune reconnaissance… Voici les « avantages » du CDI Intérimaire !!

FO est le seul syndicat à défendre les droits des salariés en CDII, en ayant lutté contre ce contrat, et revendiquant de nouveaux droits pour ces salariés, comme la prime d’ancienneté.

Par ce contrat, les intérimaires sont privés de 21% de leur rémunération par rapport aux intérimaires en contrat de travail temporaire.

Ce contrat est trés avantageux pour les entreprises de travail temporaire et les entreprises utilisatrices mais pas pour les salariés.

Suite à un long combat juridique, le conseil d’état a donné raison à FO en 2018.

Les CDI-i n’ont aucune évolution de salaire. Ils sont promenés de mission en mission jusqu’à 50 Km de leur domicile pour avoir un salaire souvent inférieur à leur dernière mission.

Pendant leur inter- mission, ils peuvent perdre jusqu’à 40% de leur salaire !

Quel salarié accepterait ça ?

FO est le seul syndicat à proposer une amélioration pour ce type de contrat avec la reconnaissance d’un coefficient d’ancienneté et une vraie grille de salaire.

Tract CDI-I Info

 

 

Share This